Bienvenue sur le forum musique classique!


 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bach invention N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AL2
novice
novice


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Bach invention N°1   Mer 16 Juil - 21:53

Bonjour tout le monde, je suis nouveau sur le forum, je débute dans l'univers de la musique et je suis passionné de piano, instrument que j'étudie depuis maintenant 3 ans .
Je dois jouer l'invention N°1 de JS Bach pour le conservatoire .Quelqu'un peut il me raconter l'histoire de cette invention et les astuces a ne pas manquer .

Merci a tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beethoven_fan
novice
novice


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Bach invention N°1   Dim 2 Nov - 21:46

Bonjour à vous et bonjour à tous par la même occasion (c'est ma première visite sur le forum).

Vous dites que vous débutez. C'est la première fois que vous jouez une invention de Bach ? Vous avez écouté une version en disque ? Ecoutez-en plusieurs si vous pouvez. Moi, j'aime Glenn Gould, mais c'est juste une suggestion, vous pouvez jeter une oreille chez Koroliov, Tureck, Hewitt.

J'adore les Inventions de Bach, c'est des morceaux qui ont l'air simple comme ça, mais en fait c'est d'une richesse étonnante. J'ai appris ce morceau il y a neuf mois, mais je me lasse pas de le jouer (rassurez-vous, je joue autre chose à côté).

Je ne sais pas si vous connaissez bien Bach. Sa musique est construite sur le contrepoint. Les Inventions sont comme des fugues en moins dur : il n'y a que deux voix, tandis que dans le Clavier bien tempéré, il y en a trois ou quatre, voire cinq parfois (oulà, c'est dur). Et je vous parle même pas de l'Art de la fugue où il y en a parfois six.

Voyons donc cette première invention en do majeur. Vous avez de la chance : techniquement c'est l'une des plus simples (en tout cas, c'est mon avis).
Bach, dans la première mesure, expose un motif en sept notes avec la main droite : do ré mi fa ré mi do. Voilà, le motif est dans la tonalité principale du morceau, c'est-à-dire do majeur. La main gauche ensuite répète le même motif pendant que la main l'accompagne par un contrepoint.

Ensuite commence le développement. Bach va reprendre ce motif et le montrer sous différents aspects, en faire des variations. Comment peut-il faire pour développer ce motif ? Hé bien, il peut le jouer sur les différents degrés de la gamme de do majeur. Une gamme est composée de huit degrés : la tonique (le do, en l'occurrence), la sus-tonique (le ré), la médiante (le mi), la sous-dominante (le fa), la dominante (le sol), la sus-dominante (le la), la sensible (le si) et de nouveau la tonique (le do mais cette fois-ci à l'octave).

Donc, à la mesure suivante, comme souvent, dans les inventions, il reprend le motif en commençant par le cinquième degré. Il ne fait plus do ré mi fa ré mi do comme tout à l'heure, mais sol la si do la si sol. Rebelote, comme tout à l'heure ! La main gauche rejoue le motif une octave en dessous. Et il fait pareil avec le contrepoint. Le contrepoint est passé en sol lui aussi.

Donc rien qu'en deux mesures, on a eu quatre apparitions du motif à différentes octaves, joués par les deux mains sur différents degrés de la gamme de do majeur.

Et là, en jouant cette deuxième mesure, le petit élève qui a bien appris ses gammes se dit : "On est passé en sol majeur ?" Et non, justement ! Si on était en sol majeur, le fa que joue la main droite serait dièse. Or il est naturel. Donc, ce n'est pas une modulation en sol majeur. C'est juste le motif qui commence par la dominante. Ici, le sol est représenté en tant que dominante et non en tant que tonique.

Pour mieux vous faire comprendre, je vais faire une comparaison avec la mesure 7. Regardez bien : dans les deux mesures 2 et 7, le motif est exactement le même, et pourtant si on observe le contrepoint, on voit une différence. La main droite joue un fa naturel à la mesure 2. La main gauche joue un fa dièse à la mesure 7. Donc, à la mesure 7, on est bien passé en sol majeur. Bach fait une chose totalement différente de ce qu'il faisait à la mesure 2 : il ne fait plus commencer le motif sur le degré de la dominante. Il module, il déplace le centre tonal, le sol est devenu la tonique.

Pour l'instant, Bach nous a montré deux moyens de développer le motif : on peut le faire jouer sur n'importe degré de la gamme et on peut le transposer dans une autre tonalité.

Jusque là, tout va bien ? J'espère pour vous, parce que, la suite, ça se complique.

Mesure 3 : alors ça je trouve ça génial, ce qu'il fait ici. Regardez les premières notes jouées par la main droite. Laissez de côté le mi et ouvre la mesure et observe bien. Il joue la sol fa mi sol fa. C'est le motif en miroir. Dans la première mesure, le motif avait un début de gamme ascendante (do ré mi fa) suivi d'une descente en tierces (fa ré mi do). Le fa ferme la gamme et ouvre la montée en tierces. Il est double. Et bien, à la troisième mesure, c'est l'inverse, il commence avec une gamme descendante (la sol fa mi) et ensuite enchaîne avec une montée en tierces (mi sol fa la). Le mi est ici est comme le fa : il ferme la gamme et ouvre la montée.

Ce procédé en miroir s'appelle une inversion. On en trouve souvent dans les inventions de Bach. On en trouve aux mesures 3 et 4, jouées par la main droite :

Mesure 3 : fa mi ré do mi ré fa

Mesure 4 : ré do si la do si ré do

Mesure 4 : si la sol fa# la sol si


Vous êtes prêt pour la suite ? Vous allez voir ! C'est épatant !

Mesure 3 toujours : alors, maintenant, attention, là c'est celui que je préfère. Regardez la main droite toujours, mais laissez tomber les 4 premières notes et regardez les sept suivantes : mi sol fa la sol fa mi. C'est le motif joué à l'envers !! On commence par une montée en tierces et on finit par la gamme. On appelle ça un rétrograde. On en trouve deux autres aux mesures 3 et 4, toujours joués par la main droite :

Une commence à la fin de la mesure trois et finit au début de la mesure 4 : do mi ré fa mi ré do.

Une autre à la mesure quatre : ré do si la do si ré.

Vous les voyez ? Donc, on a quatre inversions et trois rétrogrades. Mais, ce qui provoque mon admiration pour Bach, c'est que les inversions et les rétrogrades se chevauchent, s'empiètent les uns les autres. Mesure 3, certaines notes font partie à la fois d'un rétrograde et d'une inversion.

mi sol fa la sol fa mi

fa mi ré do mi ré fa

Les notes en gras sont communes à la fois au rétrograde et à l'inversion.

Et vous ne savez pas lequel écouter. Entre écouter mi sol fa la sol fa mi et écouter fa mi ré do mi ré fa, y a une différence, c'est pas le même motif. Vous me direz si, et vous aurez raison, c'est ça qui est fort dans Bach. C'est le même motif formulé différemment. Mais, le plus compliqué, c'est quand on est musicien, quand on joue ce morceau : quel motif dois-je mettre en valeur ? Le rétrograde ou l'inversion ?

Jouez les inversions et les rétrogrades plusieurs fois de suite pour bien vous les rentrer dans la tête, de façon à pouvoir être capable de les reconnaître à l'oreille. Vous verrez : après, en écoutant le l'inversion, impossible d'entendre le rétrograde. En écoutant le rétrograde, impossible d'entendre l'inversion. Bach est un spécialiste de l'ambigüité. Ce chevauchement des motifs, on le retrouve souvent dans le Clavier bien tempéré (un bon exemple est la fugue en mi bémol majeur du livre II).

On en est qu'à la quatrième mesure. Le morceau en compte vingt-deux avec quarante-six apparitions des motifs, inversions et rétrogrades. Apprenez à les identifier. Notez-les sur votre partition éventuellement. J'ai noté toutes les entrées en scène du motif.

Mesure 1: 2 entrées
Mesure 2: 2 entrées
Mesure 3 - 4: 7 entrées (4 inversions, 3 rétrogrades – ils se chevauchent)
Mesure 5: 2 entrées
Mesure 6: aucune
Mesure 7: 2 entrées
Mesure 8: 2 entrées
Mesure 9: 2 entrées
Mesure 10: 2 entrées
Mesure 11 - 12: 7 entrées (4 inversions and 3 rétrogrades se chevauchant)
Mesure 13: 2 entrées
Mesure 14: aucune
Mesure 15: 2 entrées
Mesure 16: 2 entrées
Mesure 17: 2 entrées
Mesure 18: 2 entrées
Mesure 19 – 20: 6 six entrées (main droite : 3 motifs, 2 rétrogrades se chevauchant)
Mesure 21: 2 entrées (1 inversion, 1 rétrograde se chevauchant)
Mesure 22: aucune

Sinon, du point technique, elle n'est pas si difficile que ça (ça dépend de votre niveau après). Commencez par travaillez les mains séparées. Une fois que vous pouvez jouer le morceau par cœur mains séparées, commencez lentement mains ensemble.

Du point de vue de l'interprétation, je sais si vous connaissez Bach. Il notait aucun tempo, aucune dynamique sur ses partitions. Je ne sais pas quelle édition vous avez. Moi, j'ai l'édition de Rudolf Steglich édité chez Henle. Celle-ci :
[url]
http://www.henle.de/index.cfm?open=08[/url]

Je la trouve très bien. (Elle donne des bons conseils pour les doigtés en plus). Donc, moi je n'ai aucun tempo sur ma partition, disais-je. Mais, je sais qu'il existe des copies avec des dynamiques sur l'articulation, des indications de tempo, avec des nuances. Mais ce n'est sans doute pas Bach qui les a écrits. C'est rajouté par les éditeurs. A mon avis, Bach a écrit que les notes. On n'est même pas sûr qu'il ait écrit les ornements.

Sinon, la tradition veut que les doubles croches soient jouées liées et les croches piquées. Mais, bon, dans ce cas on est moins libre dans l'interprétation. On a moins de liberté dans le jeu. C'est ça aussi qui est chouette chez Bach. On peut le jouer de mille façons différentes. C'est ce qui fait ça richesse !

Sinon, sur les ornements, laissez-les tomber au début, faites comme si ils n'étaient pas là. Vous avez des trilles aux mesures 1, 2, 6, 8, 14, 20 et des mordants aux mesures 5 et 13. C'est du moins ce que raconte mon édition (sur ce point, les éditions divergent). Ne commencez à les travailler que lorsque tout le reste du morceau est en place. Vous savez comment les exécuter ? Sinon, jetez un œil sur la préface de mon édition que vous pouvez lire ici : [url]

http://www.henle.de/katalog/Vorwort%2F0064.pdf[/url]

En bas, de la première page de la préface, ils vous disent comment exécuter les ornements dans les œuvres de Bach.

Si vous savez pas trop comment l'interpréter du point du tempo, de l'articulation, écouter des enregistrements. Moi, ma référence dans Bach,c'est Glenn Gould. Vous pouvez l'entendre ici : [url]

http://fr.youtube.com/watch?v=SHPbdU0MpfQ&feature=related[/url]

C'est une interprétation discutable, certes, c'est du Gould, mais moi j'aime. Et là, encore, il joue pas trop vite. Pour l'entendre jouer vite, écouter sa 13ème invention à deux voix en la mineur.

Si vous écoutez bien la 1ère, vous verrez qu'il rajoute des notes, des ornements à des moments. Il prend souvent des libertés avec la partition. Mais ça ne me dérange pas, je trouve qu'il ne dénature pas Bach. Mais, beaucoup de gens pensent le contraire. Néanmoins, si vous jouez le morceau pour le conservatoire, ne rajoutez pas des ornements comme il le fait, ça risque de ne pas plaire à votre professeur. Vous devez respectez le texte musical.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à demander.

Voilà, j'espère que ça vous aide dans votre étude de ce morceau. Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bespin
chevronné
chevronné
avatar

Nombre de messages : 159
Localisation : Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Bach invention N°1   Mer 12 Nov - 16:37

En ce qui me concerne, je n'ai trouvé aucune autre interprétation pianistique que celle de Pommier qui me satisfasse à date pour les inventions et sinfonies.

Même Schiff que j'adore pour jouer Bach (Le clavier bien tempéré et les suites), met un soupçon trop de rubato à mon goût dans son jeu pour interpréter ces pièces qui sont en fait des exercices.

J'ai aussi entendu une interprétation des inventions à deux voix jouée par deux violon, pas si mal, mais un peu dénaturé; je préfère définitivement le clavier. Mais ce qu'il y a de bien quand ce sont deux instruments qui jouent une fugue de Bach, c'est qu'il n'ont pas le choix de jouer avec un tempo régulier pour être capable de se suivre. C'est donc comme ça, que je préfère Bach même au clavier.

Quel est votre avis là-dessus? Rubato ou pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/patof/aznavour
beethoven_fan
novice
novice


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Bach invention N°1   Ven 14 Nov - 10:28

Je n'ai jamais entendu des enregistrements joués sur d'autres instruments que le piano (même pas le clavecin).Je n'ai entendu que ceux de Gould, de Koroliov et Wolfgang Rübsam. Celui de Koroliov est très bon, même s'il utilise parfois des tempos un peu rapide à mon goût. Rübsam, je m'en souviens plus trop. C'étais le premier enregistrement que j'écoutais, donc je découvrais l'oeuvre. Mon préféré reste Gould (ma référence pour les oeuvres pour clavier de Bach).

Jouer Bach avec du rubato ? Moi, j'aime pas, et je le joue sans rubato, mais bon après, les goûts et les couleurs, ça dépend de chacun. Le rubato, je trouve que c'est surtout utile dans le répertoire romantique (Chopin, Schumann), à limite dans Beethoven qui est à la frontière du classicisme et du romantisme, mais pas dans Mozart ou Bach.

Ces morceaux sont écrits dans un but pédagogique, c'est vrai que ce sont des "exercices" : ils apprennent au musicien à utiliser un "jeu cantabile" comme le dit Bach dans sa préface, il lui font découvrir les différentes tonalités, les modulations, les différentes façons de varier un motif, etc. Mais ils n'en restent pas moins des oeuvres musicales à un même niveau que le Clavier bien tempéré (qui la même visée didactique) ou la Messe en si mineur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bach invention N°1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bach invention N°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Cantates de J.S Bach
» J. S. Bach et les nombres
» Suites pour orchestre de J.S Bach
» BACH - intégrales Brilliant et autres
» Messe en si de bach

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum musique classique! :: Forum musique "classique" :: musique dite "classique"-
Sauter vers: